Mildiou sur tomate

 

Phytophtora infestans

Le mildiou est la principale maladie affectant les tomates.

Des tâches brunes apparaissent sur les tiges tandis que les feuilles se couvrent de tâches marrons et irrégulières sur la face supérieure. A la face inférieure des feuilles, il se développe un duvet blanc. Sur les fruits, on observe des plages marbrées de brun, bosselées et devenant dures.

Le mildiou se développe en conditions humides et douces (17 à 20°C).

La contamination se fait à partir de parcelles proches déjà contaminées (parcelle en pomme de terre, en tomate) et à partir de débris végétaux présents dans le sol. Le champignon peut rester actif sur ces débris pendant plusieurs années.

 
  • • Respecter une rotation longue : l'idéal, c'est au moins 4 ans.

  • • Le feuillage doit rester mouillé le moins longtemps possible :
    • - utiliser des variétés à feuilles lâches pour faciliter l'aération.
    • - bien aérer les abris (dés le matin) pour éliminer l'humidité.
    • - préférer une irrigation localisée.

  • • Bien doser la fertilisation azotée :

  • • Utiliser des variétés résistantes :

    La résistance de la tomate au mildiou est limitée mais on peut quand même trouver quelques variétés plus résistantes que d'autres (ex : Previa F1 ; Maestria F1 ...).
    Implanter différentes variétés limite le risque, on peut les alterner sur le rang.

  • • Utiliser des plants sains

  • • Éliminer les sources de contamination :
    • - Bien raisonner l'écartement entre les pieds (au moins 50 cm) pour limiter la propagation de la maladie (et favoriser l'aération)
    • - Éviter la proximité avec les pommes de terre
    • - Pailler pour limiter la contamination venant du sol
    • - A partir de la récolte, effeuiller les plantes en gardant 14 à 18 feuilles. Les feuilles qui peuvent être supprimées sont celles du bas (sous la 1ère grappe)
    • - Éliminer les déchets de récolte, les organes malades, les plants malades


Pour plus d'informations, consultez toujours le bulletin de santé du végétal

 

Avant de lire la liste des produits utilisables, suivez le lien : la lutte anti-mildiou

Les produits homologués pour cet usage sont tous à base de cuivre. Ce sont pour la plupart des bouillies bordelaises mais quelques produits sont à base d'oxychlorure de cuivre ou d'hydroxyde de cuivre.


Tableau des produits phytosanitaires spécifiques à cet usage

Dernière mise à jour le 06/07/2017

 

Certains engrais peuvent être intéressants dans la lutte contre le mildiou.
Certains produits dont la fonction première est d'être des engrais sont également des stimulateurs de croissance voire des éliciteurs (produit stimulant les défenses naturelles des plantes.

Ex :

  • Stimulase (firme Agronutrition)
  • Prev-B2 (firme VALAGRO)
  • Defensys maraîchage (firme Pprochim)

D'autres engrais sont efficaces à cause du cuivre qu'ils renferment.
Ces produits bien qu'étant des engrais ne sont pas pour autant non toxiques

Ex : Cuivrol

Mentions d'avertissement : DANGER

Mentions de danger :

  • H332 : Nocif par inhalation
  • H318 : Provoque des lésions oculaires graves
  • H400 : Très toxique pour les organismes aquatiques
  • H410 : Très toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme

Le vinaigre est une substance de base autorisée en AB. Il peut être utilisé pour le traitement des semences de tomate dans les conditions suivantes :
- sous abri ou en plein champ
- en traitement des semences avant semis
- en trempage dans du vinaigre blanc pur

Le traitement au vinaigre permet également de luttre contre les bactérioses de la tomate bien que cet usage ne soit pas référencé dans la fiche d'usages de cette substance de base.

Le Chitosan est une substance de base utilisable en AB.
Il est obtenu à partir de la carapace des crabes. C'est un stimulateur naturel des défenses des plantes, intéressant dans la lutte contre les maladies fongiques et bactériennes des légumes.

Il s'utilise dans les conditions suivantes :
- en plein champs et sous abri
- du développement des feuilles au développement des fruits
- 0,1 à 0,4 kg/ha de substance active
- 4 à 8 applications à intervalle de 14 jours
- pulvérisation à bas volume (200 à 400 l/ha)

Dernière mise à jour le 10/04/2018