Mildiou sur pomme de terre

 

Phytophtora infestans

Symptômes
Le mildiou est la principale maladie de la pomme de terre. Elle est due à un champignon qui atteint le feuillage et les tubercules
L'attaque apparaît souvent sur des plantes dispersées dans la culture, d'abord sur les feuilles. On observe sur la face supérieure des tâches huileuses puis brunes avec un liseré vert pâle. Ces plages se dessèchent ensuite en leur centre et un duvet blanc apparaît sur la face inférieure à la périphérie des lésions. La plante meurt rapidement en deux semaines.
L'attaque sur les tubercules se matérialise par des tâches brunes sur la peau des pommes de terre. La chair est marbrée de rouille.

Conditions favorables
Le mildiou se développe par temps chaud (17 à 20°C) et humide (95% d'humidité pendant au moins 11h)
Le champignon se conserve très bien, tout l'hiver, sur les débris de récolte et les repousses

 
  • • Respecter une rotation longue : 4 - 5 ans au moins

  • • Le feuillage doit rester mouillé le moins longtemps possible :
    • - planter assez profond et faire des buttes pentues pour faciliter l'écoulement de l'eau

  • • Bien doser la fertilisation azotée :
    • - Ne pas surfertiliser en azote

  • • Bien raisonner la fertilisation en potassium K car il renforce la plante

  • • Utiliser des variétés résistantes :
    • - La résistance au mildiou des pommes de terre est souvent due à un seul gène : elle est donc très facilement contournée.
      Les variétés citées ici sont celles qui offraient une certaine résistance fin 2015 (vérifiez la disponibilité en bio). Pour actualiser les informations, on peut consulter le site plantdepommedeterre.org à la rubrique "variétés".

      Variétés disponibles en AB (12/2015) tolérantes/résistantes :
      Allians Cephora Passion Producent Voyager
      Hinga Rackam Spartaan Tentation Zen
      Kelly Coquine Maïwen Taranis

    • - Cultiver plusieurs variétés

  • • Utiliser des plants sains : les plants doivent être sains et sans tâche

  • • Éliminer les sources de contamination :
    • - Si plusieurs planches sont occupées la même année par des pommes de terre, les séparer le plus possible
    • - Éliminer les adventices
    • - Bien éliminer les résidus de récolte : grenaille, pommes de terre vertes, repousses. Détruire ces déchets (par exemple avec de la chaux vive ou avec mise en tas sous bâche plastique)

  • • Autres actions possibles :
    • - choisir des variétés précoces qui auront réalisé l'essentiel de leur cycle avant l'apparition de la maladie
    • - Pré-germer les plants en cagettes
    • - Intervenir dans les planches (désherbage, traitement...) en allant de la planche la moins contaminée à la planche la plus malade (et non l'inverse)
    • - Utiliser les outils de prévision du risque (ex : Mileos d'Arvalis)

Pour plus d'informations, consultez toujours le bulletin de santé du végétal

 

Avant de lire la liste des produits utilisables, suivez le lien : la lutte anti-mildiou

Les produits homologués pour cet usage sont tous à base de cuivre. Ce sont pour la plupart des bouillies bordelaises mais quelques produits sont à base d'oxychlorure de cuivre ou d'hydroxyde de cuivre.


Tableau des produits phytosanitaires spécifiques à cet usage

Dernière mise à jour le 06/07/2017

 

Certains engrais peuvent être intéressants dans la lutte contre le mildiou.
Certains produits dont la fonction première est d'être des engrais sont également des stimulateurs de croissance voire des éliciteurs (produit stimulant les défenses naturelles des plantes.

Ex :

  • Stimulase (firme Agronutrition)
  • Prev-B2 (firme VALAGRO)
  • Defensys maraîchage (firme Pprochim)

D'autres engrais sont efficaces à cause du cuivre qu'ils renferment.
Ces produits bien qu'étant des engrais ne sont pas pour autant non toxiques

Ex : Cuivrol

Mentions d'avertissement : DANGER

Mentions de danger :

  • H332 : Nocif par inhalation
  • H318 : Provoque des lésions oculaires graves
  • H400 : Très toxique pour les organismes aquatiques
  • H410 : Très toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme

Le Chitosan est une substance de base utilisable en AB.
Il est obtenu à partir de la carapace des crabes. C'est un stimulateur naturel des défenses des plantes, intéressant dans la lutte contre les maladies fongiques et bactériennes des légumes.

Il s'utilise dans les conditions suivantes :
- en plein champs et sous abri
- du développement des feuilles au développement des fruits
- 0,1 à 0,4 kg/ha de substance active
- 4 à 8 applications à intervalle de 14 jours
- pulvérisation à bas volume (200 à 400 l/ha)

Dernière mise à jour le 10/04/2018