Dossier du mois n°2 - Soigner les plantes par les plantes

Soigner les plantes par les plantes

Cliquer pour télécharger le fichier PDF

 

 

Les possibilités d’utilisation des extraits végétaux sont innombrables. Beaucoup d’entre vous utilisent des purins de plantes pour protéger et fortifier leurs cultures. C’est gratuit et parfois très efficace ! Comment bien préparer ces extraits ? Quelles plantes pour quels usages ? Voici un dossier pour vous apprendre à fabriquer vos préparations et vous orienter dans vos choix.

Cueillette

Les plantes sont à cueillir de préférence le matin : c’est à ce moment de la journée qu’elles sont le plus chargées en principe actif. On peut les utiliser fraiches (c’est mieux) ou sèches (si récoltées ailleurs ou utilisées hors saison). La dose habituelle est de 1kg de plante pour 10L d’eau (100g pour 10L d’eau si la plante est sèche). C’est la feuille qui est le plus souvent utilisée, mais certaines préparations se font avec les racines, tiges, fleurs...

Ortie 60 gelules

L’extrait se fait toujours dans de l’eau de pluie. L’eau du robinet contient du chlore, néfaste à la préparation de ces produits.

On utilise généralement un récipient en plastique, type poubelle de 50L.

Il existe plusieurs mode d’extraction des principes actifs : le purin, la macération, l'infusion et la décoction.

Le purin

0d35e1

Les plantes sont mises à tremper pendant 1 à 2 semaines : il se produit alors une fermentation. La préparation se fait à l’ombre et est couverte. Tous les jours, il faut remuer le purin pour l’oxygéner (décomposition aérobie).

La vitesse de macération dépend de la température. A chaque fois que l’on remue, des bulles remontent à la surface. Le purin est prêt lorsqu’il n’y a plus de bulles à se former.
Le liquide obtenu dégage une forte odeur : on peut l’atténuer avec de la poudre de roche.

Nombreux sont les purins ratés, car laissés reposés trop longtemps : la fermentation est alors suivie d’une putréfaction. L’observation des bulles reste le meilleur indicateur de fermentation.

La macération

La plante est plongée dans l’eau et laissée au soleil pendant 3 à 5 jours. On obtient un liquide coloré avec une faible odeur.

L'infusion ou tisane

Les plantes sont plongées dans de l’eau bouillante. Après reprise de l’ébullition (pendant quelques secondes), on enlève le mélange du feu et on le laisse infuser pendant 24h.

On utilise cette préparation pour des plantes fragiles ou des fleurs.

La décoction

C’est l’inverse de la tisane. Les plantes sont plongées pendant 24h dans de l’eau froide. On fait ensuite bouillir le mélange pendant 15 à 20 minutes, puis on le couvre jusqu’à ce qu’il refroidisse. Ce procédé permet de casser les membranes lignifiées ou riches en silice : écorces, tiges, etc.

Filtration

Quel que soit le mode de préparation, l’extrait de plante est toujours filtré pour obtenir un jus propre, qui ne continue pas à fermenter et qui ne bouche pas le pulvérisateur. Une simple passoire ou un bas en nylon suffisent généralement.

L’extrait peut ensuite être conservé pendant plusieurs mois, voire toute la saison au frais et à l’ombre (garage, cave...).

01e0000005289068 photo preparer son purin d orties ou de consoude

Dilution

L’usage de l’extrait peut être différent selon la dilution. Pur, il peut être herbicide, et dilué, il devient engrais ou insecticide. Le purin d’ortie utilisé pur est un très bon désherbant (provoque des brûlures sur les feuilles). Dilué, il est employé comme insecticide, engrais ou fongicide.

La réglementation

Tous les produits phytosanitaires sont soumis à une autorisation de mise sur le marché. La procédure pour obtenir une AMM est longue et extrêmement coûteuse, et n’est pas adaptée aux extraits végétaux.

Le réglement européen prévoit depuis 2009 une procédure allégée pour les « substances de base ». L’ITAB a depuis cela monté plusieurs dossiers pour faire accepter des extraits végétaux, substances alimentaires, etc.

En attendant la validation de ces dossiers, il est interdit d’utiliser les extraits végétaux (excepté l’ortie et la prêle) en tant que produits phytosanitaires. Leur usage est toutefois autorisé en tant qu’engrais, car ceux-ci ne sont pas soumis à AMM. La nuance est importante pour ceux qui tiennent à jour un cahier de traitement !

Extraits de plantes utilisés comme engrais

Engrais 1

Extraits de plantes utilisés comme insecticides

Insecticides

Extraits de plantes utilisés comme fongicides

Fongicides 1

Dossier rédigé par Antoine Marquet, animateur technique au GAB 14.

Un grand merci à Florence Goulley, agricultrice et enseignante en Côtes d’Armor, pour la rédaction et la diffusion de son guide Les purins de plantes, mode d’emploi dont est largement inspiré ce dossier.

Pour visiter son site internet : www.herbarius.net


 

Dans les mois à venir les sujets traités dans le "Dossier du mois" seront :
- l'intérêt des mycorhizes en maraîchage,

- l'irrigation.